Anomalies fonctionnelles et parafonctions

Certaines anomalies fonctionnelles ou mauvaises habitudes (parafonctions) peuvent avoir une influence sur la croissance osseuse et la position dentaire.

Respiration orale

Lorsque la respiration de repos se fait par la bouche au lieu que par le nez (par ex en cas d’obstructions nasales chroniques par les végétations ou les amygdales…), l’étage masticatoire (tiers inférieur du visage) prend une forme caractéristique souvent allongée et étroite, entraînant des malpositions osseuses et dentaires.

Succion pouce/lolette

L’interposition et la succion du pouce/lolette, ou autre objet (linge, doudou …), peuvent altérer la formation normale des mâchoires et donner aux dents une mauvaise position.

Souvent, la succion est pour l’enfant un moyen de se reposer et trouver un moment de calme. Cette succion n’étant pas indispensable à la survie, il est préférable d’aider l’enfant à trouver un autre moyen pour se relaxer (par ex. le coloriage). En faisant en sorte que cette mauvaise habitude cesse dès que possible, lorsque l’enfant est psychologiquement prêt, on en limitera les conséquences néfastes.

Apnée du sommeil

L’apnée du sommeil peut être due aussi à une mauvaise position de mâchoires et des dents.

Un traitement orthodontique au moment de la croissance permettra de réduire le risque de développer, à l’âge adulte, l’apnée du sommeil.

Lorsque l’apnée est installée, un traitement orthodontie ou ortho-chirurgical, ou l’application de dispositifs orthopédiques à porter lors du sommeil, peuvent en limiter les conséquences.

Dysfonctionnement articulaire/bruxisme

Des anomalies des muscles masticateurs ou de l’articulation temporo-mandibulaire peuvent engendrer des dysfonctions articulo-musculaires (DAM) ou une bruxomanie (serrage ou grincement des dents). Ceci peut créer des maux de tête, des douleurs cervicales, des anomalies de posture, des gènes lors de la mastication et de mauvais positionnements dentaires.

Le traitement orthodontique pendant la croissance permet d’optimiser la position des mâchoires et des dents, afin d’obtenir la mastication la plus équilibrée possible.

Une mastication équilibrée et bilatérale va jouer un rôle protecteur pour l’ensemble de l’articulation temporo-mandibulaire (ligaments, ménisque, musculature) et prévenir ou limiter les soucis dus à une usure prématurée de cette articulation.

Lorsqu’un DAM ou bruxisme est installé, certains traitements sont possibles en fonction de la sévérité : de la simple relaxation avec ou sans ostéopathie, au traitement orthodontique, pour essayer de rétablir un équilibre masticatoire suffisamment satisfaisant, ou encore la chirurgie articulaire.